E-commerce : qu’est-il devenu en trente ans ?

Image header e-commerce qu’est-il devenu en trente ans

Rappelez-vous, cette époque où le bruit de votre modem 56k résonnait “mélodieusement” dans vos oreilles, où vous utilisiez AOL ou Wanadoo pour consulter vos mails, où un téléchargement de quelques kilooctets durait plusieurs dizaines de minutes, où les e-commerces commençaient à fleurir sur le web… La belle époque, en somme !

Page d’accueil d’AOL dans les années 90.

Mais comment l’internet, et plus spécifiquement le e-commerce a-t-il fait pour évoluer aussi vite ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Rétrospective de 30 ans de e-commerce.

La naissance du e-commerce

Le commerce électronique, plus communément appelé e-commerce, a vu le jour en France quelques années après les premières installations d’internet dans les foyers, au milieu des années 90. 

Il faut dire qu’à cette époque, encore peu de personnes disposaient d’ordinateur, et encore moins d’internet ! 

Néanmoins, les premiers sites de marques ont mis en place un système de vente en ligne… et de paiement sécurisé. En France, les 3 Suisses a fait partie des premiers sites proposant certains produits en vente en ligne à partir de 1995 : c’est le début du e-commerce. 

Au même moment, les pure-players commencent à s’implanter petit à petit avec ceux qui sont aujourd’hui de grands noms du e-commerce comme Amazon, Cdiscount et eBay, mais aussi avec des sites aujourd’hui disparus comme Alapage. 

Amazon à ses débuts… le site a bien changé depuis !

En parallèle, des solutions de paiement en ligne ont été créées pour faciliter les transactions sur internet et sécuriser les données bancaires. Dès ses débuts en 1998, Paypal avait compris les problématiques de paiement des consommateurs et c’est pour cette raison que la société est aujourd’hui leader dans son secteur.

Très vite, l’internet s’est popularisé et de plus en plus de personnes ont pu y avoir accès chez eux. Ce fut l’occasion pour de nombreux commerçants de développer leur activité sur internet ! Ainsi, le web est progressivement devenu un espace très concurrentiel comptant des milliers de sites e-commerce.

La création d’un marché extrêmement concurrentiel

Malgré le bug de l’an 2000, les e-commerces se sont développés à vitesse grand V, générant ainsi toujours plus de chiffre d’affaires. Des services français comme la SNCF ont mis en place la possibilité d’acheter en ligne, et de plus de vendeurs voient le jour sur la toile.

Le marché s’est donc rapidement retrouvé saturé. Il a fallu que les e-commerçants trouvent des solutions pour palier à cette nouvelle problématique. Car oui, les utilisateurs commencent à utiliser le web pour comparer les différentes offres et partager leur avis, et pas seulement pour acheter le premier produit qu’ils trouvent.

Proposer une offre à la hauteur des exigences est certes essentiel, mais il faut désormais se différencier de ses concurrents et être visible auprès des utilisateurs d’internet. Une problématique qui est encore d’actualité aujourd’hui !

La démocratisation de Google, devenu premier moteur de recherche en France à partir des années 2000 a permis aux e-commerçants de se pencher sur le SEO, Search Engine Optimization. Les sites précurseurs en SEO ont donc pu profiter de la notoriété croissante de Google pour développer leurs ventes. Les autres e-commerçants ont rapidement pris le pas, en comprenant l’importance du référencement naturel. 

Les sites qui aujourd’hui figurent premiers dans les pages de résultats de recherche sont généralement les premiers à avoir mis en place une stratégie SEO. 

La société Google de son côté s’est rapidement rendue compte que le référencement pouvait rapporter (très) gros. C’est de cette façon qu’elle a proposé une alternative payante avec le SEA, Search Engine Advertising en proposant des positions privilégiées grâce à un système d’enchères sur des mots-clés. De la même façon, les marketplaces comme Amazon ont proposé un système de produits sponsorisés.

Des tendances qui évoluent

Au fur et à mesure que le web s’est développé, les leaders du e-commerce se sont adaptés aux nouvelles tendances, au service de ses consommateurs. La (re)naissance des réseaux sociaux comme Facebook à la fin des années 2000 a accompagné la croissance du commerce électronique grâce à la création de pages sur lesquelles les e-commerçants peuvent communiquer avec leurs clients et visiteurs. 

S’en est suivi évidemment du contenu sponsorisé (payant) social media pour améliorer toujours plus la visibilité des commerces capables d’investir un peu de leur budget marketing dans des campagnes Facebook Ads, Instagram Ads, etc. Cette stratégie contribue à la fidélisation des consommateurs, étape clé du processus de conversion.

De manière générale, les tendances d’achat ont évolué. L’achat sur internet devient petit à petit une habitude d’achat. Les transactions sont donc plus régulières, et les paniers moyens plus bas. De plus en plus de produits du quotidien sont achetés : on le voit aujourd’hui avec les courses en ligne proposées par la grande distribution.

La démocratisation des smartphones a également contribué à ces évolutions. De plus en plus d’utilisateurs font leurs achats depuis leur téléphone lorsqu’ils ont quelques minutes de libre. Il faut donc, de surcroît, que les transactions soient simples et rapides. Et pour preuve, la part des achats sur mobile est en constante croissance depuis la mise en vente des smartphones sur le marché. 

Aujourd’hui, cette croissance dépasse les 20% du CA des e-commerces. Il est donc primordial d’adapter son offre, quelque soit le canal utilisé par l’utilisateur. Mobile, tablette, smartphone, il faut absolument adapter ses formats pour être visible sur tous les supports.

Chiffres de la Fevad, basés sur des études menées par KPMG

Google, ayant travaillé dans l’ombre des grosses marketplaces comme Amazon en tant qu’apporteur de trafic, tente désormais de lui faire concurrence en lançant Google Shopping Actions : un moyen de faciliter davantage l’achat en ligne.

Les enjeux actuels du e-commerce, pour mieux servir le consommateur de demain

La digitalisation du commerce a fait naître de nouvelles problématiques juridiques dont les principales sont la protection des données personnelles et bancaires et l’apparition de contrefaçons sur le web. Le e-commerce a donc dû rapidement trouver le moyen de contourner ces problèmes, qui évoluent à la même vitesse que la technologie.

Il s’agit à la fois de rassurer le consommateur sur la protection de sa data et sur l’authenticité des produits achetés, mais aussi le vendeur sur la protection de sa marque et de ses produits. 

Face à la multiplication des e-commerces sur internet, à leur livraison “worldwide” (= à échelle mondiale pour les non-anglophones) et leur praticité d’achat, les boutiques physiques peinent de plus en plus à vendre. Le nouvel enjeu réside désormais dans le fait de stopper cette concurrence entre physique/en-ligne et de concilier les deux. 

Quelques marques précurseures utilisent maintenant leurs boutiques comme des showrooms : plus de stocks ni d’achat en caisse, les clients sont là pour vivre une expérience riche, où il pourront essayer les produits avant de les acheter en ligne. Le retrait en magasin, comme il est déjà proposé par de nombreux commerces, est une alternative certes intéressante mais qui ne sera pas viable à long-terme, tout simplement car la livraison à domicile est préférée au retrait en magasin, car moins chronophage.

Le e-commerce a changé, change et changera notre façon de consommer, d’acheter. L’évolution technologique mais aussi les problématiques écologiques et juridiques continueront de transformer ce secteur qui a aujourd’hui plus de 20 ans. C’est pour cette raison qu’il est essentiel pour un e-commerçant de rester à la pointe, en proposant un service à la hauteur des exigences des consommateurs.

Si rester à la pointe en e-commerce est important pour vous et pour le développement de votre société, alors vous devriez songer à créer, ou à optimiser vos campagnes de publicité sur Google et les marketplaces avec LovelyAds. Testez l’interface en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Crédits icônes : Freepik et itim2101 pour www.flaticon.com

C’est sans engagement !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Essayez LovelyAds !